Couffouleux

En face de Rabastens, de l’autre côté du pont qui enjambe le Tarn, se dresse Coufouleux. L’agglomération est récente, et doit son développement à la mise en place de la voie ferrée Toulouse-Paris sous le Second Empire et à l’ouverture de la gare en 1864.

Couffouleux

Coufouleux, à la confluence…

C’est sur la commune  de Coufouleux que l’Agoût se jette dans le Tarn, d’où l’origine étymologique latine « confluences » ; mais pour savoir s’il faut un f ou deux, là, personne n’est arrivé à se mettre d’accord ; les deux orthographes « Coufouleux » et « Couffouleux » sont donc désormais acceptées !

Coufouleux est à proximité immédiate de Rabastens… il suffit de passer le pont. La vue y est d’ailleurs magnifique tant sur Coufouleux que sur Rabastens. Un navette gratuite de bus relie les 2 centres-ville et l’emprunte plusieurs fois par jour.

La commune s’est ainsi développée au XIXème et XXème siècles autour de la gare et comme axe de communication du Rabastinois.

Quatre hameaux structurent par ailleurs le territoire communal : Saint-Pierre de Bracou, Sainte-Quitterie, Saint-Victor, et Saint-Waast. Chacun de ces hameaux est doté d’une église. Saint Waast et Saint-Pierre de Bracou sont classées monuments historiques.

À 50 mètres de l’Agoût, Saint-Waast (ou Saint-Vast) est une petite église construite au XIIe siècle. Elle présente l’aspect fruste des vieilles églises romanes de campagne.

Elle était dédiée à Saint-Eparoblus, dit « Cybard ». Au VIIe siècle Saint-Cybard est resté reclus, dans une grotte située sous le rempart nord d’Angoulême. Son nom qui s’est transformé en Saint-Bas au XVIIe siècle et devient Saint-Waast au milieu de XIXe siècle

L’intérieur sans vaine fioriture, avec ses forts piliers, sa voute en berceau, est lui aussi caractéristique d’un art qui refuse la futilité. La nef unique, bâtie en pierre de taille est charpentée. L’abside voutée en cul-de-four a conservé sa fenêtre romane ; la travée de chœur voutée sur croisée d’ogives au XVe siècle soutenait autrefois un clocher carré. Il fut remplacé au XVIIe siècle par un clocher de briques percé de trois baies, élevé en façade au dessus du portail.

 

VOUS AIMEREZ AUSSI